Pau est l’un des 7 territoires-laboratoires sélectionnés dans le cadre du programme de recherche MARGINOV porté par l’UMR Passages et soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine.

Dans le péricentre de Pau, des lieux ordinaires à réinvestir

 

Des lieux publics en déshérence ou délaissés

Comme de nombreuses villes françaises, le tissu urbain de Pau se caractérise par deux zones distinctes : un centre-ville ancien et compact délimité par le Gave au Sud et ceinturé de boulevards et une vaste périphérie pavillonnaire. Lorsque l’on évoque les usages des espaces publics du centre-ville par les habitants, ce sont surtout les espaces monumentaux qui sont cités :grandes rues commerçantes qui irradient de la place Georges Clemenceau et grands parcs urbains patrimoniaux (parc Lawrence, parc Beaumont, réseau de parcs des berges). Ces lieux emblématiques polarisent la vie urbaine, au détriment de quartiers du péricentre plus éloignés de ces pôles. Ces quartiers en marge apparaissent aussi moins attractifs sur le plan résidentiel que les périphéries pavillonnaires. Aussi, ils sont pénalisés par une situation « d’entre-deux », localisés entre les quartiers « monumentaux » du centre-ville et les secteurs pavillonnaires, ce qui conduit à un déclin commercial et résidentiel.

Les places publiques et les avenues, mais aussi des espaces plus discrets et pittoresques comme les ruelles du quartier Hédas ou les cours en cœur d’îlot de ce péricentre sont souvent délaissés, peu appropriés par leurs habitants. Ils constituent des lieux de passages plutôt que de vie de quartiers, mais sont porteurs d’un fort potentiel d’évolution. Toutefois, pour engager une démarche de revalorisation de ces espaces, il convient de s’extraire d’une approche classique de la conception d’espaces publics qui se fonde exclusivement sur une mise en valeur esthétique et organisationnelle de l’espace. Cette logique habituelle conduit à délaisser des espaces ordinaires considérés comme sans valeur patrimoniale et à n’y apporter que des interventions techniques favorisant la mono-fonctionnalité. Ces interventions standardisées se concentrent sur l’application de normes de confort et de circulation, plutôt que sur la création de pratiques d’appropriation collective.

Comment réaménager ces espaces publics pour leur redonner une valeur d’usage partagée par leurs habitants ?

Pau et la communauté d’agglomération

Susciter des communs par des réaménagements expérimentaux

L’équipe en charge de l’étude et de la gestion des espaces publics de la ville de Pau et de la Communauté d’agglomération Pau-Béarn–Pyrénées a fait appel à l’équipe de recherche de l’ENSAP-Bordeaux afin que cette dernière réalise des expérimentations pour valoriser des secteurs du péricentre faisant actuellement l’objet d’une augmentation de la vacance résidentielle et commerciale. L’idée ici est d’expérimenter de nouvelles méthodes de revalorisation des secteurs en perte de vitesse par un travail conscient et engagé de la part de l’ensemble des acteurs de la communauté concernée par ce type de territoire.

Pour ce faire, l’équipe coordonnée par Carlos Gotlieb (Architecte-urbaniste, Professeur à l’ENSAP de Bordeaux, chercheur à l’UMR Passages), a démarré par une analyse sensible de ces espaces publics délaissés et des connexions possibles entre les cours privatives et l’espace public. Les résultats de cette première phase ont donné lieu à une série d’Atlas mettant en évidence deux catégories d’espaces potentiellement générateurs de pratiques collectives : le « Pau secret » et le « Pau de l’ordinaire ».

En s’appuyant sur cet inventaire, une réflexion a été menée sur les différentes formes d’interventions possibles pour revaloriser les cours, les jardins, les rues et places publiques. Les projets d’interventions sont inspirés de ce qui a été expérimenté par l’équipe de l’ENSAP Bordeaux lors de la deuxième édition de MUGAK en 2019, la biennale internationale d’architecture en Pays basque espagnol. Un ensemble de projets d’installations éphémères, saisonnières ou pérennes ont été imaginés. La réflexion a aussi porté sur la forme spatiale de ces interventions. Il s’agissait de ne pas se contenter d’interventions ponctuelles très localisées au cas par cas, mais de les mettre en réseau à travers des parcours mettant en valeurs certains itinéraires, et de penser aussi aux effets de ces interventions sur l’ensemble de la surface d’un quartier. Chacune de ces interventions constitue un prototype permettant de tester les effets de réaménagement sur l’émergence de nouvelles formes d’usages des espaces publics plus à même de susciter une appropriation citoyenne et de recréer une identité dans des espaces peu emblématiques.

Greffer des expérimentations aux programmes publics en cours

Une autre originalité de cette démarche de recherche-action est de se greffer aux programmes et projets établis par les différents services de la ville de Pau et de la communauté d’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées. Afin d’éviter que ces projets ne restent dans les cartons et pour qu’ils s’inscrivent dans une vraie dynamique de maîtrise d’ouvrage, l’équipe de recherche a collaboré avec les services en charge de la gestion des espaces publics pour planifier leur réalisation.

Pour ce faire, les analyses menées par l’équipe de recherche ont été croisées avec les différents programmes municipaux et communautaires en cours et à venir portant à la fois sur les espaces publics et privés, notamment dans le cadre du projet action cœur de ville ou des différents festivals et événements saisonniers (festival des jardins, un été au cinéma et à l’opéra …). Cela à permis d’identifier des actions qui pouvaient se greffer harmonieusement aux démarches en cours. Ce choix de s’insérer dans la politique en cours, plutôt que de créer un programme indépendant vise à faciliter la mise en œuvre rapide de ces expériences.

Les interventions ont été détaillées dans une série de fiches, afin de faciliter leur mise en œuvre. À partir des enseignements tirés de ces expérimentations in situ, l’équipe de recherche a produit un référentiel de conception de « communs » susceptible d’être généralisé dans d’autres villes présentant des quartiers en situations de marginalité similaire.

Également, des espaces publics les plus représentatifs issus de cette recherche ont fait l’objet d’une étude approfondie dans le cadre du TD Optionnel Transfrontières, de la formation architecture de l’ENSAP Bordeaux, afin de définir des projets à mettre en œuvre de manière transitoire pour tester leur appropriation effective par la population.

>

Les partenaires de la recherche action :
  • Enseignement supérieur et recherche : ENSAP Bordeaux, UMR Passages
  • Institutionnel : Commune de Pau, Communauté d’Agglomération Pau-Béarn-Pyrénées
l'équipe de recherche :
Coordinateur :
Carlos Gotlieb – Architecte-urbaniste, chercheur (CNRS UMR Passages), Professeur à l’ENSAP Bordeaux
Contributeurs principaux :
Thomas Labarthe(architecte D.E), Titouan Le Niniven (architecte D.E)

Actions d’accompagnement des démarches innovantes du territoire

Carte des démarches accompagnées par Marginov

Les actions d’accompagnement dans le processus d’innovation socio-spatial

Les Workshops croisés

Des ateliers d’échanges internationaux entre des étudiants français et d’amériques latinepour participer à une expérience ouverte sur la compréhension des milieux et des cultures dans leur diversité tout en se confrontant à une situation réelle de projet dans des contextes fragiles concernés par les questions de changements globaux et de transition écologique.

Les Atlas de Pau

Une première démarche : faire émerger, par une série de cartes commentées, une nouvelle représentation de la structure organisationnelle de la ville qui se démarque de la vision technique en vigueur qui privilégie la performance des circulations.

La collaboration avec les services municipaux

Greffer des propositions d’interventions au programmes en cours de la municipalité et proposer au services municipaux une vision qui ouvre le champ des possibles .

Les Propositions des étudiants

Dans le cadre de l’enseignement optionnel Transfrontière de l’ENSAP, les étudiants proposent des projet d’ installations des espaces publics qui peuvent être mises en œuvre en collaboration avec la ville de Pau