Bordeaux-rive droite est l’un des 7 territoires-laboratoires sélectionnés dans le cadre du programme de recherche MARGINOV porté par l’UMR Passages et soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine.

La rive droite bordelaise, un territoire de projet singulier dans une métropole

 

Entre coteau et Garonne, grands ensembles et réseau de parcs urbains

La « Rive droite » de la métropole de Bordeaux désigne les quatre communes limitrophes de Bordeaux situées sur la rive est de la Garonne : Bassens, Lormont, Cenon, Floirac. Ces communes appartiennent, depuis sa création en 1968, à la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) devenue Bordeaux Métropole avec la Loi MAPTAM de 2014. Ces communes se distinguent dans l’agglomération par l’importance de grands ensembles d’habitat social (25 % du parc social de l’agglomération, plus de la moitié des logements de ces 4 communes) et la concentration de population vivant dans une situation de grande précarité économique et sociale. Bassens se distingue dans cet ensemble par la présence sur la moitié de son périmètre d’un des terminaux du port autonome de Bordeaux. Zones industrielles en déclin de l’agglomération, ces territoires sont fragmentés par des infrastructures (ligne à haute tension, voies rapides, voies ferrées) et par un coteau très accentué dit de Garonne qui constitue un obstacle majeur aux circulations entre le haut et le bas de ces communes. Le coteau s’il constitue un obstacle aux mobilités traditionnelles, forme aussi un réseau de parcs urbains et d’espaces relativement préservés de l’urbanisation. Il constitue un corridor écologique et paysager exceptionnel au sein de cet espace très urbanisé.

Le GIP « Grand projet de ville » Rive Droite : un territoire de projet à l’intérieur de la métropole

Cet état des lieux permet de comprendre pourquoi ces quatre communes ont une image très dévalorisée. À cela s’ajoute le sentiment chez les élus municipaux et chez les habitants que la politique de la CUB, puis de la Métropole, s’est focalisée sur la revalorisation du centre-ville de Bordeaux et le développement vers l’ouest délaissant la rive droite. Plusieurs opérations sont lancées à la fin des années 1990 pour contrebalancer cette situation d’enclavement et de déclin économique. La CUB adopte un projet de tramway en 1997 dont la première ligne viendra reconnecter Lormont au reste de l’agglomération. Elle sera inaugurée en 2004. Sur le plan social, économique et éducatif, les communes de la rive droite bénéficient de plusieurs investissements structurants de l’État par le biais de la « politique de la ville » à travers le classement en « Zone Urbaine sensible » et la création de « zone Franche urbaine » favorisant l’installation d’entreprises. Ces quatre communes s’associent en 2000 pour souscrire, auprès du ministère de la ville, un contrat de renouvellement urbain de type « grand projet de ville » (GPV). C’est le seul GPV intercommunal parmi les 50 labélisés. Les quatre communes forment ainsi en 2001 un Groupement d’Intérêt Public qui se perpétue depuis lors et forme une véritable structure de coopération intercommunale à l’intérieur même d’un EPCI plus vaste : la métropole de Bordeaux.

Le GIP GPV « rive droite » [https://www.surlarivedroite.fr] se distingue par un fonctionnement par projet favorisant des interactions entre des organismes publics et parapublics et des services spécialisés qui jusqu’ici collaboraient peu. Les premiers projets engagés s’inscrivent classiquement pour un projet de politique de la ville dans deux axes complémentaires : l’aménagement urbain avec la rénovation des grands ensembles, des espaces publics et le développement des transports en commun et le développement socio-économique.

Le ParcLab, un dispositif expérimental de collaboration et de gestion intercommunale

Après plus de 10 années de projet concentré sur l’habitat, le tissu économique et les espaces urbanisés, le GIP GPV Rive droite souhaite mener une action de valorisation de la dizaine de parcs publics répartis sur le coteau de Garonne. Ce système de parc est perçue comme un potentiel lien structurant entre ces quatre communes. Il s’agit aussi pour le GPV d’expérimenter de nouvelles façons d’aménager et de gérer l’espace intercommunal en favorisant les collaborations entre acteurs et la participation des habitants.

En 2013, suite à une demande des élus, une démarche participative impliquant des responsables de services et les jardiniers communaux a été mise en œuvre pour fonder une gestion collective du parc des Coteaux. Elle s’incarne en 2014 dans la création du parcLAB [https://parclab.wordpress.com/], le Laboratoire du parc des Coteaux, voué à « renforcer l’identité et la gouvernance du parc des Coteaux tout en conservant la singularité de chaque commune ». Ce projet est l’occasion d’intégrer une dimension de gestion écologique peu présente dans les travaux habituels d’un GPV. Il s’agit d’expérimenter de nouveaux modèles de parcs urbains qui tranchent par rapport à la gestion classique des espaces verts. Pour ce faire, le « Parc des coteaux se veut « accessible et ouvert à des usages variés allant des pratiques récréatives à la mise en scène esthétique en passant par la protection des ressources naturelles » en s’appuyant sur « l’élaboration d’un diagnostic partagé qui [intègre] non seulement des connaissances scientifiques éparses, mais également l’expérience et les savoirs des jardiniers municipaux ainsi que les attentes locales des habitants ».

 

 

Benjamin Chambelland, paysagiste et chercheur de l’UMR Passages a réalisé sa thèse de doctorat soutenu en novembre 2019 en CIFRE (Convention industrielle de formation à la recherche en entreprise). Il a tout au long de sa recherche doctorale animé et accompagné le développement de cette structure de projet. Cet engagement dans le GIP GPV lui donne aussi l’occasion d’observer d’autres projets et dans saisir les dimensions innovantes. Le dispositif CIFRE s’est révélé un dispositif particulièrement pertinent pour cette recherche-action. Ici pleinement associés, structure portant un projet de développement social et urbain original et laboratoire engagé dans une recherche impliquée en lien avec les acteurs locaux se sont avérés un cadre de travail idéal pour cette recherche-projet. Benjamin Chambelland a poursuivi son implication. Il accompagne, depuis fin 2019, le GPV dans la création de son Projet Alimentaire Territorial (PAT) en tant que chercheur post-doctorant du CNRS intégré au GPV.

Pour approfondir :

Références bibliographiques :

Benjamin Chambelland. La sagesse des jardiniers ; Contours et premiers retours d’expérience d’une «recherche-projet» de paysage. Recherche & projet : productions spécifiques et apports croisés, Nov 2016, Lille, France. ⟨hal-01539777v2⟩

Benjamin Chambelland. Un projet de paysage intercommunal comme terrain de coopération territoriale L’expérience du « Laboratoire du parc des Coteaux » dans la métropole bordelaise. Développement durable et territoires, Réseau « Développement durable et territoires fragiles », 2019, ⟨10.4000/developpementdurable.14134⟩. ⟨hal-02303103⟩

Benjamin Chambelland. Une gestion jardinière des paysages : le « parc des Coteaux » en recherche et en projet : expérimentations, retours réflexifs et propositions d’actions sur la rive droite de Bordeaux. Géographie. Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 2019. Français. ⟨NNT : 2019BOR30033⟩. ⟨tel-02434438v2⟩

Ressources web :

La fiche projet dans le centre de ressource Plante&cité: https://www.plante-et-cite.fr/Ressource/fiche/557/Le_parcLAB_Le_laboratoire_du_Parc_des_Coteaux_400_hectares_de_patrimoine_paysager_a_Bordeaux_Metropole/n:0

La fiche projet de l’agence régionale de la biodiversité :https://lizmap.observatoire-environnement.org/lm/index.php/view/media/getMedia?repository=repertoireinitiativesclient&project=repertoire_initiatives_client&path=media%2Fupload%2Frepertoire_initiative%2Finitiative%2Ffile_link%2FSagesse+des+jardiniers_GPVRD.pdf

Interview de B. Chambelland par l’agence régional de la biodiversité : https://www.biodiversite-nouvelle-aquitaine.fr/retour-dexperience-lie-a-une-initiative-regionale/

Les partenaires :
  • Enseignement supérieur et recherche : ENSAP Bordeaux, UMR Passages
  • Institutionnel : Bordeaux Métropole, GIP GPV rive Droite

Actions d’accompagnement des démarches innovantes du territoire

Carte des démarches accompagnées par Marginov

Les actions d’accompagnement dans le processus d’innovation socio-spatial

Identifier les ressources et initiatives du territoire

Susciter des échanges entre acteurs

 

expérimenter à partir de chantiers collaboratifs

 

Structurer  et Pérenniser démarches et actions